Posts tagged coaching

Vpro coaching évolue

Bonne nouvelle!

Depuis début décembre, VPro coaching à démenagé vers de nouveaux locaux indépendants.

bureau Vpro Coachingbureau vpro coaching 2salle d'attente Vpro coaching préparation mentaleUn cadre acceuillant pour travailler, une salle d’attente confortable, et de nouveaux horaires plus flexibles sont maintenant disponibles pour tous.

Une évolution professionnelle que je savoure comme un cadeau de Noël avant l’heure.

Je tiens à tous vous remercier pour votre confiance et votre soutien. Car c’est grâce à vous que VPro coaching continue de progresser et que j’ai le plaisir d’accompagner chaque jour des personnes passionnantes dans la réalisation de leur potentiel. Alors, tout simplement: merci.

2016 commencera donc dans un environnement particulièrement favorable et propice à la réalisation de nouveaux projets. Vous y serez les bienvenus si vous souhaitez simplement me rendre visite, tester le nouveau confort des lieux ou saisir l’occasion pour mettre toutes les chances de votre coté pour concrétiser vos bonnes résolutions de l’année…!

En attendant, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, pleine de joie, de bonheur et de plaisirs pleinement savourés.

Virginie de Bressy

 

« La méthode pour tout dire »

untitledVous n’aimez pas vexer les gens, et pourtant vous n’êtes pas toujours d’accord avec eux. Pas facile dans ces cas-là de trouver la juste façon d’amener votre point de vue. Heureusement, il existe une méthode très simple pour faire passer n’importe quelle critique en douceur. C’est une technique de communication assez connue, mais qu’il est toujours bon se rappeler à l’esprit : la « méthode sandwich ». Comme son nom le laisse supposer, cette technique consiste à introduire entre deux tranches de « pain positif », la « garniture polémique» de votre choix. Autrement dit, vous enrobez votre critique avec assez de bienveillance pour qu’elle devienne véritablement constructive.

Si on décompose la méthode sandwich, il y a donc trois étapes clés à respecter:

– « la 1ere tranche » : Soulignez un aspect ou un point positif chez l’interlocuteur. Il y en a toujours un, ne serait-ce que la motivation, l’envie de bien-faire ou tout simplement le fait d’être là et à l’écoute. Cette étape favorise l’attention. En effet, la personne à qui vous parlez constate que vous vous intéressez à elle et que vous notez ses efforts. Elle est donc dans un état plus favorable pour écouter la suite.

– « la garniture » : Il est temps d’amener votre critique et il y a deux points importants à respecter dans cette étape. Le premier, est de formuler votre point de vue de façon précise et constructive. Attention par exemple aux critiques trop vagues (« ce n’était pas bien ») ou généralisées (« tu travailles toujours n’importe comment ») qui faussent la compréhension et altèrent l’estime. Le deuxième, est de proposer immédiatement et systématiquement une solution concrète pour régler le problème. L’alternative que vous suggérez reste une simple proposition, une piste possible à suivre et non un ordre, mais elle a l’avantage d’orienter l’interlocuteur vers la recherche de ses propres stratégies.

« la 2eme tranche » : Encouragez l’interlocuteur à poursuivre, à aller de l’avant. Vous pouvez rappeler certaines de ses qualités si besoin, ou juste terminer sur une petite phrase de motivation pour galvaniser son envie d’avancer et de progresser.

Il est bien sûr important de rester cohérent et sincère dans la construction du sandwich. Attention, par exemple, de ne pas tomber dans un autre extrême trop doux au risque d’ « écœurer » l’interlocuteur. Trop de mièvreries ont autant la possibilité de couper court à la discussion que trop de franc parlé.

Prenons un exemple concret : « Ce match est nul ». Voici le message cru et impulsif qu’un entraineur de tennis peut avoir à l’esprit pendant le match de son sportif (et je reste dans une version polie …). Dit tel quel, le sportif a de fortes chances de se sentir minable, attaqué, frustré, énervé et/ou incompétent. De plus, il n’a pas la moindre piste pour améliorer son jeu. Pourtant l’entraineur a besoin que son sportif se reprenne très vite pour être efficace sur le terrain. Il a donc tout intérêt à choisir la méthode sandwich et l’appliquer avec subtilité. Nous sommes tous conscients qu’une tournure « trop sucrée» du type « tu es un sportif extrêmement fort et beau, ce match est nul, mais je sais que tu es le plus grand joueur de tous les temps », risque de créer un trop gros décalage entre le commentaire et la réalité et amocher en conséquence la relation de confiance entraineur/entrainé. Il est donc important de rester dans l’équilibre, avec une méthode sandwich plus ajustée. Par exemple: « Tu mets beaucoup d’énergie dans ce match, ceci dit, tu manques de concentration sur la balle, pour y remédier tu peux prendre le temps de respirer et d’ajuster ton tir avant de jouer. Tu as toutes les capacités pour réussir ce match, alors vas-y !».

Des recherches sur la mémoire ont démontré que l’on se souvient surtout de la dernière (« effet de récence») et de la première (« effet de primauté ») phrase qu’on entend. Avec la méthode sandwich, l’interlocuteur garde donc une bonne impression de votre critique. Il se sent valorisé, encouragé et il repart avec de nouveaux axes de réflexion pour enrichir ses compétences. Tout le monde y gagne avec cette méthode. Vous restez honnête, vous êtes écouté et vous contribuez d’une certaine façon à la progression de votre interlocuteur. Que ce soit dans le couple, la famille, au travail ou au sport, cette stratégie bien appliquée peut sauver et maintenir bien des relations favorables. À vous de tester maintenant !

 

Et pour me prendre au mot, je vous propose UN PETIT JEU!
Voici quelques exemples d’idées « crues » à enrober pour mieux communiquer : – « Tu es vraiment maladroit »,  – « Tu n’as encore rien compris », – « Recommence, ça c’était raté », « Si c’est pour faire de la merde comme ça, ce n’est pas la peine de venir à l’entrainement»,  – « Ta nouvelle coupe est moche», – « Tu ne dois pas dire ça à ta fille, c’est mal »… Faites le test et transformez-les chez vous grâce à la méthode sandwich. Je vous invite ensuite à partager vos propositions de transformations en commentaire de cet article. Vous verrez ainsi qu’il existe autant de possibilités que de personnes !

 

 

Bonne année 2013!

VPro Coaching vous souhaite une excellente année 2013

Pour bien commencer cette nouvelle année, voici un joli message porteur d’espoir:
« J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la bonté et la générosité. Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer. La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre. »
Nelson Mandela (2002).

J’aime à voir le coaching comme un catalyseur de cette flamme : c’est lorsqu’on est en paix avec soi-même que l’on transmet le mieux ces valeurs positives à notre entourage. Contribuer à développer cette idée chez les clients VPro en 2012 a été une belle expérience, j’espère qu’elle sera au moins aussi belle en 2013 !

VPro Coaching vous remercie pour votre soutien et votre engagement tout au long de l’année et vous souhaite à tous beaucoup de bonheur, de santé et de de réussite dans vos projets. Sans oublier quelques beaux défis pour se dépasser !

Parrainez vos proches

Pour les fêtes, bénéficiez des offres de parrainage VPro-Coaching !

Pourquoi vous ?

En tant que client VPro ou personne intéressée par le coaching et la préparation mentale, vous avez conscience de l’importance d’un travail sur soi efficace. Vous êtes donc bien placé pour en parler à votre entourage.

Pourquoi parrainer ?

Vous connaissez les avantages en termes de performance et de bien-être qu’offrent VPro-coaching. Pourquoi ne pas en faire profiter vos proches ? Vos filleuls bénéficieront ainsi d’un véritable coup de pouce dans leur vies professionnelle, privée et sportive. Vous leur permettez ainsi de se lancer dans une belle aventure : la quête d’eux même. En plus, vous gagnez 100 euros pour chaque nouveau client VPro qui vient de votre part (pour tout contrat signé et suivi sur un minimum de 12 séances).

Quels avantages pour vos filleuls ?

Faire le premier le pas n’est pas toujours simple. Grâce à votre parrainage, vos filleuls auront la chance d’avoir quelqu’un pour les accompagner dans cette démarche, pour les encourager et les soutenir dans leur parcours. Ils bénéficieront aussi d’une réduction de 25% sur leur première séance payante.

Peut-être y pensiez-vous déjà pour plusieurs personnes autour de vous ? Alors saisissez l’occasion : profitez de cette offre pour agir et participer à l’épanouissement de vos proches.

VPro Coaching vous remercie pour votre confiance et vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année.
2013 nous attends !

Savoir dire non !

 « Non, je ne veux pas  ». « Non, je ne suis pas d’accord avec toi  ». Ce n’est pas toujours facile de contredire et d’aller à l’encontre de son interlocuteur. Que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle, tout le monde a un jour été amené à affronter ce genre de situations. Par crainte de blesser, de décevoir, par peur de l’autorité, pour éviter la confrontation, certaines personnes ont tendance à ne jamais dire non à leur famille, amis, patron, collègues ou clients. Dire non c’est s’imposer, prendre position et donc risquer de se faire juger. Le regard des autres est parfois difficile à assumer.

S’affirmer

Mais, pour affirmer sa personnalité et être vraiment soi-même, il est pourtant capital de savoir dire « non ». En effet, un refus renforce sa légitimité et sa crédibilité. Exprimer son désaccord, c’est ne pas promettre au-delà de ses capacités et du possible. Il permet, par exemple, de montrer sa maîtrise d’un projet. Dans le cas contraire, les conséquences peuvent être négatives aussi bien pour soi que pour son interlocuteur. Ne pas savoir dire « non » peut alors conduire à une situation délicate, voire conflictuelle.

Savoir faire face

Ne pas s’opposer, ne pas exprimer ses divergences et ne pas faire face à son interlocuteur peut mener à deux réactions distinctes et nocives.

La première, c’est la SOUMISSION. On accepte de faire ce que veut l’interlocuteur même si l’on n’est pas d’accord ou en capacité de le faire. Par exemple, la soumission peut entraîner une surcharge de travail, une forte fatigue et de plus grandes chances de faire des erreurs ou de bâcler son travail avec d’éventuelles conséquences sur l’équipe. Cette façon de réagir donne l’impression de n’être qu’un pion, de se faire marcher sur les pieds et d’être impuissant.

– La deuxième réaction possible est la FUITE, familièrement appelée : la « technique de l’autruche ». «Si je me cache assez longtemps, les difficultés finiront par disparaître toutes seules ». Toute communication est alors rompue. La personne s’isole, rumine et reste bloquée devant le problème rencontré, avec un sentiment d’être incapable de gérer la situation qui peut s’inscrire durablement.

Pour éviter de verser dans ces deux extrêmes, on comprend bien l’importance de savoir exprimer son point de vue efficacement. Un « non » utile et réfléchi peut faire toute la différence et améliorer considérablement sa qualité de vie, celle de son entourage et de son équipe.

Argumenter

Heureusement, pour savoir dire « non », il existe quelques clés faciles à retenir :

– Il faut être précis, dire son refus clairement, avec détermination. « Non, merci, mais je ne suis pas libre ». Eviter les formules ambiguës, du style « ça va être difficile ». L’interlocuteur risque de traduire difficile par possible et possible par oui.

– Ensuite, un désaccord doit être justifié et expliqué. Une seule explication simple et précise suffit très souvent. Nul besoin de tomber dans la surenchère des excuses qui ne ferait qu’atténuer la crédibilité de votre refus. Cette explication courte est essentielle sinon l’interlocuteur risque de se sentir frustrer et de revenir rapidement à la charge.

– Une fois la raison fournie, il est toujours bon de proposer des solutions alternatives afin de laisser une forme de choix. Face à son patron ou à des clients, par exemple, c’est très efficace. « Non, je ne peux pas traiter ce dossier aujourd’hui car j’ai déjà un travail urgent à terminer. Mais j’ai conscience de l’importance de votre demande. Si vous êtes d’accord, demain je serai disponible et je m’en occuperai. » La personne se sent entendue et comprise, elle sera donc plus à même de vous comprendre et de vous entendre en retour.

Un « non » donne plus de poids et de valeur au « oui ». C’est une preuve d’engagement et de maturité. Il ne faut donc pas hésiter et se jeter à l’eau.

Avoir confiance en soi

Et pour se jeter à l’eau, il faut apprendre à se faire confiance. En effet, même si l’on connaît toutes les clés, il faut avoir suffisamment confiance en la légitimité de sa réponse pour les utiliser.

La confiance en soi est un outil essentiel pour arriver à s’affirmer et à s’imposer face à son entourage. Acquérir plus de confiance est un travail de longue haleine qui demande plus d’investissement que la simple lecture d’un article sur le sujet. L’avantage : c’est un élément qui peut s’améliorer efficacement grâce à l’expérience acquise, mais aussi grâce au soutien d’un tiers (amis, famille, coach, psychologue…).

Alors, grâce aux astuces de cet article, commencez dès maintenant à tester votre pouvoir du « non » légitime ! Vous verrez assez rapidement si votre confiance en vous résiste à l’exercice. Si non, vous savez ce qu’il vous reste à travailler ; si oui, bravo ! Attention juste à ne pas trop abuser de ce nouveau pouvoir…

Journée de Coaching VPRo en pleine nature

VPro Coaching développe sans cesse pour ses clients de nouvelles possibilités de coaching. Les prestations proposées s’efforcent toujours d’être riches, variées et adaptées aux besoins/demandes du « coaché ».

Pour preuve, afin d’aider à sortir d’un cadre personnel et professionnel parfois trop habituels et restrictifs, VPro propose des journées de Coaching en pleine nature. Ces sorties individuelles ou de groupe permettent aux coachés de découvrir des situations nouvelles et motivantes ponctuées de nombreuses activités et exercices originaux et accessibles.

Objectif : se confronter à un environnement nouveau, ouvrir son champ des possibles et développer ses ressources.   Continue reading Journée de Coaching VPRo en pleine nature

La franchise en entreprise : remède contre le stress et plus encore…


Selon une étude présentée à Brighton (Angleterre), les employés qui entretiennent une relation franche avec leurs supérieurs, autrement dit qui s’autorisent la critique, sont plus heureux, en bonne santé et moins stressés. 

En effet, selon  Emma Donaldson-Feilder, membre de l’équipe de chercheurs, la franchise est un excellent moyen d’évacuer le stress et la tension ressentie au travail. Les personnes qui s’expriment face à leurs supérieurs sont donc moins nerveuses et moins sujettes au débordement.

L’entreprise elle-même se retrouve gagnante, puisque le stress et ses conséquences physiologiques et psychologiques sont une cause significative de congés maladies. Plus de franchise, donc moins de tension, moins d’absentéisme et donc moins de stress et de travail pour l’ensemble des équipes.

 De plus, ce type de fonctionnement est aussi positif pour les cadres supérieurs. Lors de l’enquête, deux groupes d’environ 75 managers furent créés, l’un recevant des commentaires de ses employés et l’autre non. Il en ressort que les cadres du premier groupe furent plus enclins à adapter leur style de management et qu’ils furent par conséquent perçus comme plus efficaces par leurs employés.

C’est beau n’est-ce-pas ? Après, il semble évident que dans la pratique, il faut savoir y mettre la forme. Critiquer ouvertement son patron, sans aucune construction ni adaptation, permet certes de déstresser, mais peut aussi conduire à des conséquences plus stressantes encore… La balle semble être davantage dans le camp des sociétés et des dirigeants. En effet, pourquoi ne pas proposer des questionnaires ouverts et anonymes aux employés ? L’affront direct et vexatoire serait ainsi évité, les tensions des employés relâchées et les commentaires les plus intéressants et constructifs retenus pour un meilleur développement de la société. Les entreprises devraient être encouragées à offrir à leurs salariés ce type d’évaluation régulière de leurs supérieurs hiérarchiques, car cette fois-ci c’est prouvé : l’effet n’en sera que bénéfique pour tous.

Dr Virginie Lemaire de Bressy

References :

British Psychological Society (http://www.bps.org.uk/)